15 Rue Auber, 75 009 Paris      01 53 83 78 30

Top

Le blog de Novaa, ce sont des tranches de vie d’entrepreneurs, rédigées par des freelances, pour les freelances.

  • Emilie Carmagnac est dirigeante de la société WeRise Marketing qui accompagne les startupeurs, les entrepreneurs et les marketeurs dans leurs enjeux de croissance et de différenciation. Saviez-vous que l’empathie d’un entrepreneur vis-à-vis de ses clients pouvait être un levier de croissance pour son business ? Vous avez certainement tous déjà entendu parler des vertus de “l’empathie client”. Je suis sûre que vous savez être à l’écoute des besoins de vos clients, que vous prenez le temps d’échanger avec eux pour évaluer leur niveau de satisfaction et tisser des relations durables. Alors

  • Comme beaucoup de personnes, j’ai commencé à travailler en tant que salariée à la sortie de mes études. Et comme beaucoup de personnes encore une fois, mon premier emploi ne correspondait pas du tout à l’image que je m'en étais faite. Pendant mes cinq années d’études (qui m’ont passionnées), j’étais persuadée que mon métier m’apporterait le même niveau de satisfaction. J’ai vite déchanté

  • “Mon client n’a pris que 5 minutes pour me briefer sur la mission qui commence demain. Apparemment il sera très peu joignable, il va donc falloir que je sois très réactif et que j’apprenne à la vitesse grand V.” Cette phrase vous semble familière ? Sachez que beaucoup de freelances vivent très souvent cette situation où le brief initial est quasi inexistant. Pourtant, le brief est la clé de tout ! La clé d’une rémunération en accord avec vos attentes tout en vous apportant le cadrage nécessaire à sa bonne

  • Il y a toujours des personnes autour de vous qui se demandent comment vous arrivez à dormir sans savoir exactement ce que gagnerez le mois prochain. Il y a aussi ceux qui se demandent comment vous arriverez à progresser professionnellement si personne ne peut vous suivre et vous guider au quotidien. Et il y a vous qui, face à l’incertitude du futur, avez décidé de bâtir vos plans avec une bonne dose de plaisir et une touche d’inconscience. Les freelances qui avancent sont ceux qui regardent la peur en face Le jour

  • « Je suis freelance, mais c’est temporaire. Franchement, je déteste ça. Dès que je trouve un emploi salarié, je le prends. » Voilà ce que j’expliquais ces six derniers mois à qui avait l’audace de me demander ce que je faisais. Et puis il y a quelques semaines, on m’a proposé un CDI et j’ai réalisé que ce graal tant espéré, cet arc-en-ciel après la pluie, ce rêve exaucé n’était plus la solution à mes problèmes. J’ai réalisé qu’en fait ce statut de freelance commençait à me plaire et que je n’étais pas

  • Parler de mes échecs est quelque chose que je n’aime pas faire (à vrai dire, qui aime ?). Cela me replonge dans des souvenirs que je préférerais laisser au passé. Pourtant, c’est avec ce genre d’histoire lue sur le web, que j’ai pu éviter quelques erreurs. J’espère ainsi que ce témoignage vous permettra de moins culpabiliser si jamais vous avez vécu cela, ou peut-être même d’éviter que cela ne vous arrive. L’histoire remonte déjà à 2015 ! Il s’agissait de ma deuxième mission en tant que freelance et celle-là, je

  • Il est 22h et je commence à écrire mon article : "savoir faire des pauses pour être plus performant". Vu comme ça, on a plutôt le sentiment que je travaille tout le temps jusqu’à point d’heure.  Laissez moi vous expliquer mon organisation de travail ces derniers temps… Le 1er juillet commence la saison estivale, période assez chaude en été. Paris se désertifie, les familles partent en vacances, les étudiants quittent la capitale et vos amis vous narguent avec leurs photos de vacances sur Facebook. Il ne reste plus que les touristes et

  •       Tout est parti d’une question en apparence anodine : « Et toi, tu as des vacances cet été ? », immédiatement suivie de : « Ah mais oui je suis bête : tu es freelance ! » C’était une soirée organisée par un ami de pote de connaissance, bref une embuscade, et donc une de ces conversations sociales où à défaut de connaître les gens ou d’avoir quelque chose à se dire, on s’interroge. On n’en était pas encore à la météo mais avait déjà passé la sacro sainte question : « Et toi, tu fais quoi dans la vie ? » Je

  •       Je viens juste de raccrocher d’une conversation avec Nicolas, un freelance en train de démarrer sa première activité de conseil. Nicolas a 47 ans et un passé de cadre commercial en grande entreprise. Selon ses mots, “j’avais tout le confort : une voiture de fonction, un treizième mois, des primes, bref, le top de ce qu’un salarié peut espérer”. Mais est-ce réellement tout ce que l’on peut attendre de sa vie professionnelle ? Du confort ? Pour Nicolas, après plus de 20 ans à gravir les échelons, il était temps

  •       Ça y est, c'est décidé. Après plusieurs années d'expérience comme documentaliste dans de grands médias basés à Paris, je quitte la  capitale, direction le sud-ouest ! A moi le retour en province tant désiré, le retour à une vie tranquille loin de la fourmilière parisienne et le retour du mot chocolatine dans mon vocabulaire ! Oui mais voilà. Je me heurte rapidement à la dure réalité du marché de l'emploi. Trentenaire, venant de Paris avec un salaire confortable supérieur à ceux de province, je m'aperçois rapidement que je vais avoir des difficultés à

15 Rue Auber, 75 009 Paris – 01 53 83 78 30 Accès Client
Hello. Add your message here.