15 Rue Auber, 75 009 Paris      01 53 83 78 30

Top
Home  /  Freelance   /  Indépendant : le client n’est pas maître du juste prix !

Indépendant : le client n’est pas maître du juste prix !

 

 

 

Ça y est, c’est décidé. Après plusieurs années d’expérience comme documentaliste dans de grands médias basés à Paris, je quitte la  capitale, direction le sud-ouest ! A moi le retour en province tant désiré, le retour à une vie tranquille loin de la fourmilière parisienne et le retour du mot chocolatine dans mon vocabulaire !

Oui mais voilà. Je me heurte rapidement à la dure réalité du marché de l’emploi. Trentenaire, venant de Paris avec un salaire confortable supérieur à ceux de province, je m’aperçois rapidement que je vais avoir des difficultés à retrouver du travail dans mon secteur d’activité. D’abord, parce qu’il y a très peu d’offres, ensuite parce qu’une bac + 5, avec de l’expérience à Paris, dans des grandes entreprises ça fait peur.

Après plusieurs entretiens où je m’entends dire que j’ai un parcours intéressant mais que je suis trop qualifiée ou que je manque d’expérience dans ce secteur d’activité, le doute s’empare de moi. Dois-je remonter sur Paris pour retrouver du travail, me lancer dans une reconversion totale pour obtenir enfin un emploi stable ou est-ce-que je tente l’expérience freelance ?

Après plusieurs mois de doute, de perte de confiance, de réflexion, et un master 2 en communication, je saute le pas et me voilà officiellement rédactrice web freelance.

 

Mais au fait, je vaux combien ?

Très vite, une amie elle aussi freelance me commande des textes. Wouah super ! Mais très vite aussi la réalité me rattrape… Mais au fait, combien vais-je la facturer ? Cher pour lui prouver la qualité de mon travail ? Pas cher, parce que grâce à elle j’ai mes premiers contrats ?

Mon premier réflexe est donc de chercher sur Internet les tarifs pratiqués en matière de rédaction web. Et là surprise, me voilà guère plus avancée. En effet, entre ceux qui ne dévoilent pas leur tarifs, d’autres qui donnent des fourchettes allant du simple au double, et les plateformes de rédaction qui paient au rabais, pas facile de se faire une idée précise du bon prix. Est-ce-que je dois faire payer au mot, au signe ? Dois-je appliquer un taux horaire ou journalier ?

Et après quelques lectures de témoignages de freelances et de rédacteurs web notamment, l’important pour moi était surtout de définir le prix qui me semblait le plus juste. Je ne me voyais pas demander un prix situé dans la fourchette haute des tarifs habituels car mon manque d’expérience et d’expertise ne le justifiait pas.

Ce n’est pas pour autant que j’allais fixer le minimum. Le but n’est pas de casser les prix du  marché ou de travailler au rabais, mais bien de travailler tout court et d’avoir un revenu décent pour le travail fourni.

Et puis il faut bien se rendre compte qu’être freelance ce n’est plus être salarié. Finis la cantine pas chère, la mutuelle d’entreprise, les remboursements de frais de transport et les colis de Noël (j’avoue que c’était quand même bien agréable)… Finis aussi les congés payés et les RTT !!!

Tout ce qui tout pouvait paraître anodin ou normal en entreprise telles que la connexion Internet ou encore l’électricité pour l’ordinateur, est désormais pleinement à votre charge.

Je sais, je vais sûrement vous décevoir, mais je ne suis pas Wonderwoman !! Moi aussi je compte prendre quelques jours de congés, et qui dit congés dit pas de salaire puisque je ne travaillerai pas.

Tous ces éléments sont à prendre en compte pour établir vos propres tarifs. Certains clients vous trouveront toujours trop cher de toute façon. Libre à eux de refuser votre devis et de s’orienter vers d’autres rédacteurs moins chers, mais pour quelle qualité de travail ?

Si c’est pour devoir tout réécrire ou corriger derrière, il vaut peut-être mieux payer un peu plus cher à la base et ne pas avoir à refaire le travail en interne, mais ça ce n’est que mon avis !

 

Savoir dire non à un client

Je sais, pas si facile de dire non à un contrat potentiel, surtout quand on débute. Mais je suis sûre que vous avez déjà eu à faire à des clients qui vous appellent pour vous dire (je caricature un peu mais l’esprit est là) : « Bonjour, il me faut un article de tant de mots, c’est urgent, vous prenez combien ? ». Hum, sympa l’approche ! Il est au courant que je ne fais pas le tapin ?!

Pardon pour cette comparaison, mais franchement je me demande parfois quelle considération ont certaines personnes pour notre métier. Qu’est-ce-qu’ils croient ? Qu’on est des machines à écrire et qu’il suffit de nous commander un texte pour qu’on se mette à rédiger ?! Premièrement je n’ai pas qu’un seul client et deuxièmement, je fais quand même un minimum de recherches pour ne pas écrire n’importe quoi ! Mais ça j’ai bien l’impression que ça dépasse certains clients !

Ce que je veux vous dire par là c’est que oui je travaille pour des clients, oui je dois gérer les priorités et les urgences mais non, je ne suis pas disponible pour tout le monde tout le temps.

Je préfère dire non à certains clients, soit parce que je sais que ce sera uniquement pour un seul article, soit parce que je n’ai pas le temps à un moment précis, plutôt que de tout accepter et devoir travailler à la va vite pour satisfaire plus ou moins tout le monde. Il faut savoir refuser un contrat pour pouvoir rendre un travail de qualité ; j’estime que sur le long terme c’est bien plus rentable car un client satisfait vous recontactera pour d’autres missions.

 

S’interroger sur ses tarifs oui, douter non

Je ne sais pas si ce témoignage sera utile à d’autres rédacteurs web qui souhaitent se lancer en freelance. Sachez que comme vous, je m’interroge souvent sur la justesse de mes tarifs, comme vous je risque de perdre un contrat,  mais comme vous je souhaite vivre de mon travail.

Vous vous mordrez sûrement les doigts d’avoir raté un contrat, surtout en début d’activité. Mais dites-vous bien que les clients qui connaissent le métier et la valeur de votre travail refuserons très rarement votre devis. Libre à vous, ensuite, de leur accorder une petite remise en cas de travail sur du long terme avec un volume important, ou une relecture offerte si c’est un client fidèle et sérieux.

 

En conclusion

La chose importante à retenir et surtout de respecter son travail et de se respecter soi-même. Je paye  un plombier, un taxi, un produit ou un service un certain prix. Pourquoi je ne recevrai pas ce même prix pour mon travail ?

15 Rue Auber, 75 009 Paris – 01 53 83 78 30 Accès Client
Hello. Add your message here.